Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CEDAC

Informe sur l'actualité et les programmations du réseau de diffusion qui s'est créé autour des salles de Guadeloupe.

En tournée en janvier 2020: le spectacle musical DANS LA PEAU DE MANO

Publié le 13 Décembre 2019 par CEDAC (Collectif des Espaces de Diffusion Artistique et Culturelle) in Musique

En tournée en janvier 2020: le spectacle musical DANS LA PEAU DE MANO

Dans la peau de Mano est une histoire universelle.
L’histoire d’une femme au talent immense, à l’étroit dans un monde sur lequel elle avait trop d’avance.
Le public - et quel que soit son âge - ne s’y trompe pas !

En tournée en janvier 2020: le spectacle musical DANS LA PEAU DE MANO

Les tarifs:

L'Artchipel, scène nationale: 6€ à 25€ achat de ticket en ligne

BEAUPORT Guadeloupe: 12€ en prévente achat de ticket en ligne

Centre culturel R. LOYSON: tarif sénior /infoline 0590 23 09 44

MEMORIAL ACTe: 10€ en prévente, 15€ sur place achat de ticket en ligne

Centre Culturel Gérard LOCKEL: 10€ / infoline 0590 26 34 08

Palais de la culture Félix PROTO: 18€ en prévente, 20€ sur place / infoline 0590 47 27 22 ou 0590 20 12 90

Centre social La Source/ Petit-Canal : 15€ en prévente, 18€ sur place / infoline 0590 22 75 75

L'ATRIUM / Bouillante: 20 € en prévente, 25 € sur place / infoline: 0690 33 35 73 ou 0690 36 66 60  achat en ligne sur allmol.com ou achat en ligne sur kiwol.com

Centre Culturel de Sonis: 15€ / infoline 0590 48 19 29

Ciné-théâtre de Lamentin: 15€ / infoline 0590 99 18 11

CHEZ HENRI / Marie-Galante: 10€ / infoline 0590 97 04 57

 

Infoline: 0690 500 234

Dans la peau de Mano


Un spectacle surprenant par sa forme et son contenu.
Une plongée dans un univers déroutant, situé quelque part entre 1950 et notre

époque. Des musiciens excellents menés par une chanteuse éblouissante d’énergie et de passion. Un répertoire original, magnifiquement interprété. Un voyage des sens et des émotions. Ou quand Manuéla Pioche prend Florence Naprix par la main pour vous entraîner au coeur du formidable récit de deux femmes qui parlent d’humanité.

Dans la peau de Mano est un spectacle pluridisciplinaire plein d’originalité. Ce n’est ni un concert de reprises, ni une pièce de théâtre, ni une comédie musicale. Et pourtant, on y retrouve des éléments communs aux trois univers : musique, jeu d’acteurs, narration
Au-delà de la volonté de rendre un hommage à Manuéla PIOCHE, les mélodies, les textes et la vie de Mano sont un prétexte tout trouvé pour réinventer l’histoire d’une de ces nombreuses figures féminines qui ont marqué le monde artistique et sont, pourtant, restées dans l’ombre, comme effacées du tableau.

Les femmes et la musique. La musique et l’énergie intrinsèque qu’elle distille et dont elle se nourrit. Celle qui emporte, dérange, fascine, émeut, révolte, impose de prendre position.

Les femmes. Les femmes et leurs combats. Les femmes et leurs faiblesses. Les femmes qui chantent leurs amours. Qui, de leur timbre, questionnent avec brutalité, de leur voix, chamboulent les âmes, ou ébranlent, par leur audace. Des femmes dont le destin en dit tellement long sur l’humanité. Nina Simone, Joséphine Baker, Edith Piaf, Billie Holiday, Whitney Houston, Amy Winehouse, Manuéla Pioche…
C’est vrai, Manuéla boit. Elle se donne aux hommes. Dont elle subit aussi les violences et la jalousie. Cette femme sans honneur (à croire que son immense talent et sa générosité débordante ne font pas le poids face au jugement des bien-pensants) voit ses nombreux fans et la plupart de ses amis et collègues lui tourner progressivement le dos. Blessée, affaiblie par une vie décadente, elle quitte la scène et parcourt les rues en mendiant pour survivre. Elle s’éteint, de façon inexpliquée, seule, à l’âge de 37 ans.
Et aujourd’hui, si ses chansons se fredonnent encore, son nom tombe irrémédiablement dans l’oubli.

 

Et Florence Naprix, dans tout cela?


A 37 ans, Florence Naprix est en plein essor. Elle aussi, 60 ans plus tard et avant même

d’avoir croisé la route de Manuéla, chante la Guadeloupe, ses forces vives, l’amour - pour soi, d’abord -, et sa place, en tant que femme, dans une société qui semble traîner des pieds, au regard de ses rêves et de ses ambitions. Elle aussi en aurait, des choses à raconter sur la violence. Celle des hommes envers leurs compagnes, notamment. Ou la brutalité de la société vis-à-vis de ceux (celles…) qui sortent du cadre.

Tant de ponts relient ces deux artistes… La musique et cette biguine teintée de jazz, qu’elles affectionnent. Une histoire parsemée de douleur.
Et puis, Florence Naprix a grandi à Lauricisque, un quartier populaire de  Pointe-à-Pitre, celui-là même où Manuéla Pioche est morte.
Si leur voix particulière, puissante et chaleureuse, fait l’unanimité auprès des professionnels comme du public, elles ont toutes les deux eu, au début de leur carrière, à travailler leur gestion du tempo (mais ça… ne le répétez pas !). Elles n’échappent pas au besoin impérieux de redéfinir les codes de leur époque. Et enfin, aucune des deux n’est prête à faire le moindre compromis qui menacerait sa liberté.

Soucieuse de maintenir la mémoire de Manuéla Pioche, Florence Naprix saisit l’opportunité de la réhabiliter à travers un spectacle inédit :
Dans la peau de Mano.

 

 

Les artistes en présence


Florence Naprix - porteuse du projet/directrice artistique/interprète Elle chante depuis toujours, un peu comme elle respire. Fann Kann, le titre de son premier album, fait référence aux esclaves marrons, ceux   qui arrachaient leur liberté au péril de leur vie. C’est cet état d’esprit qui pousse Florence à sans cesse repousser ses limites.
Elle arpente les scènes de France et de Navarre depuis plus de 10 ans, forte d’expériences riches au contact de la culture caribéenne dont elle se nourrit, du jazz qui l’anime, du gospel qu’elle pratique régulièrement, de la variété française et américaine qui font également partie de son bagage musical. Elle prend plaisir à intégrer la comédie, le théâtre et la danse à son parcours. Briser les codes est ce qui l’inspire par-dessus tout.

 

Alain Verspan - scénographe
Sur les planches depuis l’âge de 16 ans, Alain Verspan est acteur, auteur et metteur en scène. Il est membre fondateur du théâtre du Cyclone, sacré Meilleur acteur FEMI (festival international du cinéma) en 2009 et s’est illustré, depuis 1982, dans un nombre impressionnant de créations et d’adaptations, en tant que comédien et scénographe notamment.
Ses dernières recherches l’amènent à interroger, en situation, l’espace scénique.

 

Stéphane Castry - arrangeur/directeur musical/basse
Issu d’une famille de musiciens, Stéphane Castry développe très tôt son oreille au son de la contrebasse, du piano et de la guitare. Après avoir tâté du violon, c’est la basse qu’il choisit pour s’exprimer sur les rythmes du funk, du jazz et des musiques caribéennes et africaines. Il fait partie des premiers musiciens antillais de sa génération à accompagner des artistes français et internationaux de renom (Kassav, Keziah Jones, Imany, Asa, Ayo, Mayra Andrade…). Aujourd’hui, il se consacre à son premier album Basstry Therapy, plébiscité par la critique, et met ses talents d’arrangeur et de directeur musical au service du spectacle Dans la peau de Mano.

 

Anaïs Verspan - conception esthétique
Anaïs Verspan est une plasticienne à l’esthétique particulière.
Elle expose depuis 2010 entre la Guadeloupe, la Martinique et la France hexagonale. Elle ne cesse de questionner le monde qui l’entoure à travers ses peintures, installations et autres prestations artistiques.
Pour Dans la peau de Mano, elle s’associe avec Florence Naprix pour dessiner un personnage original et développe l’idée d’une pin-up créole.
Rodolphe Liskowitch - violoncelle Il débute le violoncelle à l’âge de 6 ans et suit un parcours classique qui l’amène, au fil des ans, à intégrer différents orchestres comme celui des jeunes d’Ile-de-France, l’orchestre de Colonne ou le Philarmonique de Montpellier. Il participe ainsi à de nombreux festivals. Aujourd’hui, il prend également part à des formations de musique actuelle et accompagne des artistes tel que Cécile Corbel ou Imany.


Julien Grattard - violoncelle Il étudie le violoncelle et la musique de chambre à Paris et à Londres dans un premier temps. Les formations qu’il intègre lui permettent de jouer dans le monde entier : Japon, Maroc, Russie, Corée…
Très vite, il se retrouve également à accompagner des artistes sur des planches de théâtre.


Yoann Danier - batterie Ce jeune prodige a été bercé, dès sa plus tendre enfance, par les influences de son grand-père bassiste. A l’âge de 9 ans, il prend ses premiers cours de batterie et à 17, il commence à sillonner les scènes aux côtés de figures emblématiques de la musique caribéenne, tous styles confondus : zouk, salsa, RnB, jazz, soul… Depuis, il multiplie les collaborations avec des artistes d’envergure internationale et d’horizons variés (Kassav, Beethova Obas, la Gitane Tropical, Mizikopéyi Big  Band…).

 

Muriel  Jacquet-Crétides  - Création des tenues de  scènes
Créatrice de la marque SaNouYé - being yourself L’ADN de SaNouYé, c’est avant tout un savant mélange, qui amène Muriel JACQUET-CRETIDES à relier à travers ses créations tout ce qui l’inspire au quotidien : la musique, la danse, le cinéma, la pâtisserie…
La créatrice nous invite à rêver beau, chic, coloré. Pour elle, chaque détail compte et doit laisser place à  l’imagination, et au-delà, à l’humain avant tout.

 

Commenter cet article