Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
CEDAC

Informe sur l'actualité et les programmations du réseau de diffusion qui s'est créé autour des salles de Guadeloupe.

CEDAC : Histoire, Perspectives et Objectifs

LE CEDAC

 

 

Pourquoi le CEDAC ?

 

Le Collectif des Espaces de Diffusion Artistique et Culturelle a été créé le 4 juin 2007 et après de mûres réflexions, il a commencé ses activités cette année. Le CEDAC est l'émanation de l'ensemble des professionnels dirigeant des salles en Guadeloupe qui ont choisi la voie de se regrouper pour mutualiser leurs moyens, faire des économies d'échelle et promouvoir des tournées à travers le territoire (« dépendances » inclues). Nous avons choisi de nous mettre au service de l'art et des artistes tout en favorisant le développement à la fois de la création et de la diffusion. Au lieu d'être joué 2 ou 3 fois (dans 2 salles au maximum) comme cela a été le cas jusqu'à aujourd'hui,  un projet artistique peut désormais être présenté au public entre 10 et 20 fois. Cela permet aussi de solidifier le milieu professionnel (ou semi professionnel) en assurant des cachets suffisants aux artistes et des revenus aux compagnies. Nous sommes très regardants sur l'aspect déclaration des cachets et des salaires des artistes car nous voulons donc aussi contribuer à assainir le milieu artistique et participer activement à sa professionnalisation.

 

L’intérêt du CEDAC pour l’action culturelle en Guadeloupe peut être résumé en plusieurs points :

 

  Le CEDAC  peut devenir un outil fondamental pour la diffusion du spectacle vivant en Guadeloupe en multipliant les tournées et les dates pour les artistes. Il est ouvert aux programmations venues de l’extérieur,   mais il concerne prioritairement les spectacles produits en Guadeloupe. IL soutient de ce fait la création contemporaine guadeloupéenne  en lui ouvrant des perspectives de diffusion inédites.

 

• Le CEDAC   est  un formidable  outil d'aménagement du territoire en matière culturelle. Fini le "chacun pour soi", nous nous réunissons et nous nous concertons régulièrement pour coordonner nos programmations et décider ce que nous pouvons partager dans un intérêt collectif,   et pour celui de l'action culturelle en Guadeloupe en général. L'ouverture du CEDAC  permet d'étendre et de relier, à travers nos tournées, l'action culturelle à des lieux et des territoires isolés, artistiquement parlant évidemment (les "dépendances" ou Beauport Pays de la Canne par exemple), voire inexploitées (comme les établissements pénitentiaires). En aidant le CEDAC, la Région, mais aussi la DRAC, ont l’opportunité  d’élargir leur champ d'action dans une logique de développement territorial de la culture.

 

  Le CEDAC est un outil créé par les responsables culturels et il est parfaitement représentatif : il regroupe la quasi-totalité des salles et des espaces dont la nature est de proposer des spectacles artistiques et culturels, qu’ils soient l’émanation de Municipalités, des associations subventionnées ou des entreprises d’ordre privé, de la Scène nationale au Bik Kreyol...

 

• Au moment ou la plus grande salle de la Guadeloupe (le Centre des Arts) est  fermée durablement (pour 2 ans au moins ), il s'agit de renforcer le réseau  des petites salles (y compris à Pointe à Pitre même) en leur donnant les moyens d'améliorer la qualité de leur offre culturelle et d'entreprendre une action alternative, qui maintienne un certain niveau d'activité et de proposition en matière de spectacle vivant non commercial...dans l’espoir d’une aide à l’équipement qui renforcera leur potentiel.

 

• Le secteur culturel a été assaini et professionnalisé ces dernières années, en particulier grâce à des contrôles renforcés et la mise en place des licences. Le CEDAC en proposant des normes professionnelles strictes pour qu'on puisse profiter de ses services, peut être un modèle et renforcer l'action entreprise par l’Etat et les collectivités  dans ce sens.

 

  

Les objectifs :

 

C’est ainsi que le CEDAC peut s’avérer être un outil fondamental pour l’action culturelle en Guadeloupe dans les prochaines années. Des effets simultanés  et durables peuvent se faire sentir à différents niveaux :

   

  •  La  diffusion: Nous avons vu combien les conditions de diffusion du spectacle vivant en Guadeloupe peuvent être améliorées par le CEDAC. La diffusion est en effet notre coeur de cible et nous entendons favoriser la circulations des oeuvres et des artistes, principalement d'origine locale mais pas exclusivement : nous programmons aussi des spectacles de qualité venus de l'exterieur, dès lors qu'ils sont susceptibles d'enrichir culturellement nos publics.
  • La politique des publics :  C’est à partir d’une politique en direction des publics  que nous avons engagé notre action commune afin que les conditions de diffusion artistique soit profondément améliorées dans l’ensemble de notre archipel. Le CEDAC permet de rapprocher la culture des publics en leur proposant, dans des territoires parfois éloignés des grands pôles culturels, des spectacles d'une qualité égale à ceux qui sont  proposés dans les plus grands espaces de diffusion subventionnés, ce qui n'est possible que par la mutualisation des moyens, des savoir-faire et des énergies; Nous contribuons également à leur elargissement (conquete de nouveaux publics, publics "empêchés") et à leur formation (spectacle à destination de scolaires).
  • L’aménagement du territoire : La mise en réseau des établissements de diffusion à travers la Guadeloupe peut être renforcée par l’ouverture d’autres espaces, pas ou peu utilisés jusqu’à présent dans les communes dénuées de salles et aussi dans les lieux accueillant des"publics empêchés", nous souhaitons leur ouvrir la possibilité de profiter de la mutualisation des moyens techniques et plus globalement de ceux mis en place pour les tournées. La baisse des coûts sera profitable à une territorialisation la plus large possible de la diffusion artistique. Ainsi, nous  avons deja travaillé avec les établissements pénitentiaires de Biae Mahault et de Basse Terre, avec le le CHU de Pointe à Pitre, mais  aussi le Festival de Marie Galante et la ville Ste Rose par exemple, et nous entendons poursuivre et élargir cette politique,  y compris sur les Saintes et la Désirade).
  • Le potentiel de création des compagnies et des formations musicales : Ce dernier sera multiplié par la perspective de profiter de vraies tournées dans le territoire. Cela est indispensable à la viabilité financière des acteurs culturels et aussi à une meilleure valorisation de leur travail. Cet encouragement à la création s’appuiera sur des partenariats comme avec la SACEM pour ce qui concerne le domaine musical ou encore l’ADAMI  ou la SACD pour le théâtre (aide aux tournées).
  • L’élargissement de la diffusion : Le CEDAC est déjà en contact avec le réseau de diffusion qui vient de naître en Martinique, à l’initiative de la DRAC ; nous travaillons sur l’émergence d’un outil similaire en Guyane. L’idée est de retenir le principe de tournées croisées à travers les DFA, chacun des réseaux accueillant chaque année,  tour à tour, un des projets des autres.
  • L’éducation artistique : Objectif important de l’action culturelle, elle est favorisée par les tournées, lesquelles nous  permettent de toucher les élèves dans la plupart des établissements scolaires de la Guadeloupe, quelle que soit la partie de l'île, au-delà des contraintes de transports provoquées par la limitation des spectacles scolaires dans les salles principales. Des actions décentralisées pourront aussi accompagner les diffusions. Un partenariat est en cours avec le Rectorat concernant un soutien plus complet à ces dernières.
  • Le développement culturel dans son ensemble, par les aspects mentionnés plus haut (élargissement des publics, professionnalisation du secteur culturel, « coup de fouet » à la diffusion artistique de qualité, cohésion renforcée par l’articulation des projets). Les collectivités et la DRAC pourront, à travers leur aide au CEDAC, soutenir ces missions et  intervenir simultanément sur un la plupart des acteurs culturels professionnels qui  travaillent tant  au niveau artistique  que de la production et de la diffusion. C’est donc tous les secteurs liés à l’art et à la culture en Guadeloupe  qui seront donc mis en valeur par leur indispensable soutien.
  • Enfin, le développement économique : il n’est pas inutile de rappeler qu’un secteur culturel et artistique dynamique est porteur d’emplois et de marchés, ainsi que de perspectives d’insertion professionnelle pour de nombreuses personnes.

 

           • Un démarrage réussi :

 

 En une année, ce sont 6 tournées qui ont pu être menées à bien par le CEDAC. Ce sont donc déjà plusieurs dizaines de dates que nous avons coordonnées à travers la Guadeloupe  et des milliers de spectacteurs que nous avons touchés à travers nos spectacles. Nous avons travaillé jusqu'ici dans des conditions minimales (pas de salariés, bénévolat et débrouillardise)  et nous avons eu des difficultés, faute de moyens humains et financiers pour accompagner les artistes ausi bien que nous l'aurions souhaité, principalement au niveau de l'assistance technique. C'est pour donner la possibilité au CEDAC de se professionnaliser afin de  devenir un outil  efficace et performant, que nous avons sollicité un double conventionnement auprès de la Région Guadeloupe d’une part et de la DRAC d’autre part.